Nous avons ensuite demandé aux participants d'aller chercher dans leurs souvenirs, dans leurs cultures, un exemple d'image les ayant marqué d'un point de vue esthétique. Cela a amené d'autres discussions et clôturé «l'échauffement».
Pour passer ensemble à la pratique, nous avons d'abord collectivement choisi de travailler sur un même sujet, les retraites (ô combien d'actualité, rendez-vous le 7 septembre!) et avons divisé notre groupe de 10-12 personnes en 2 ; avant de se lancer sur les crayons, chaque groupe réfléchissait à comment s'approprier ce sujet, par quel angle le prendre pour, dans un second temps, en communiquer une idée pertinente. Très vite les premiers croquis sont arrivés.



La deuxième après-midi a également commencé par une projection, plutôt consacrée aux techniques cette fois avec de rapides topos sur l'offset, la sérigraphie, la roto… et des exemples de ce qu'on peut en faire.



On ne s'est pas trop attardé sur la projection car les participants avaient une nette envie de poursuivre le travail entamé la veille. Cette fois, en plus des crayons, nous leurs mettions à disposition de l'encre de Chine. Chacun, individuellement, a ainsi poussé son ou ses idées avant que nous accrochions les propositions et les discutions ensemble.



La durée de l'atelier était un peu courte et le matériel que nous avions pu ramener un peu maigre pour que des propositions puissent être abouties mais les participants ont tous pris du plaisir (un peu comme si depuis la maternelle on les avait privé de dessiner) et certaines idées graphiques n'ont pas manqué de nous surprendre.

Pour clôturer l'atelier, nous avons remis à chaque participant une médaille ; la médaille d'Insurgé des Arts et des Lettres. Nous les avons préparées spécialement pour l'occasion, conçues et fabriquées à l'atelier Tireuse-Bateuse d'Aurélien et Geoffroy. (En soi elles sont un exemple, un possible, d'expression graphique militante!)





Au-delà nous avons passé un très agréable moment avec cet altervillage, les ateliers auxquels nous avons assisté étaient intéressants et réjouissants quant à l'état d'esprit de luttes actuelles et d'initiatives locales. Nous étions accueillis par l'éco-hameau du hameau de Busseix, les repas étaient sains, les toilettes sèches, la bière artisanale, le camping rafraichissant et l'Altertour était aussi de la partie (j'invite les camarades cyclistes à se renseigner à son sujet). Nous étions une bonne centaine de participants (dont au moins un tiers, je pense, n'était pas adhérent d'Attac), de tout âge (de 16 à 80 ans, sans que telle ou telle tranche d'âge ait le dessus) et le plus agréable, à mes yeux, a été cette facilité avec laquelle tout ce petit monde se parlait. La parole libérée c'est merveilleux!