Un été épais de chaleur et de sensualité s’est écoulé depuis la précédente compil, pour en arriver le sourire aux lèvres jusqu’à cet opus-offrande pour l’automne, mijoté comme un excité pour les danses à venir, comme je confectionne un costume éclatant pour la fête de fin du monde, comme une mise en jambe pour samedis soirs trépidants, obscurs, transpirants, comme pour entretenir la flamme des souvenirs qui tapent au cœur, comme pour s’entraîner à sauter les barrières qui nous restent. Dédicaces à celles et ceux qui me reconnaitront.
Zammix 1809 – Pour les Brut
Embrassade du Turfu