Feu, foin, tarnac, troisième temps

Premier jour à Tarnac sous un soleil radieux, nous sommes loin de la neige d'il y a presque deux mois. Avec le printemps, la vie de la ferme s'anime et nous participons au mouvement. Les chars nous ont attendus sans dommage derrière la menuiserie. Après l'enterrement d'un mulot trouvé mort dans la structure, nous commençons à peindre cette dernière quand d'autres commencent à coudre l'esquisse d'un costume. première soirée tranquille.

lire et/ou regarder la suite

Feu-Foin, troisième semaine à l'horizon

Notre regard se porte vers le plateau, heureux de bientôt retrouver là-bas les couleurs du printemps, les odeurs de la terre et le bruit des hommes. En compagnie des étudiants de l'école d'art de Limoges qui voudront faire ce pas de côté, nous retournons à Tarnac, déjà changé par notre dernier séjour. Ce sera pour continuer notre structure, peindre et se trouver, ou se retrouver. Ce sera avec le goût des choses simples, quand il se murmure une multitude de possibles, des archipels d'espérance. vivement dimanche.

salon, musique, automobile, peinture



Une nouvelle fois la caisse à musique, version Picasso=Voiture, Vinci=Parking, Période bleu flic et bleu marine.
En collaboration avec Quentin Faucompré pour la peinture extérieure et Maxime Canelli pour les chansons d'intérieur. Sur et dans une Xsara Picasso prêtée par Lieutenant Bueno. Comme d'hab', des concerts de 3 minutes (guitare, boîte à rythme, clavier) pour deux personnes (ou plus).
Avec des coups de mains de Coline, Bueno, Xavier et l'équipe de Trempo', merci. Dans le cadre de la carte blanche de Quentin à Trempolino, Nantes.





Miniature sur Mégane télécommandée peinte par Quentin

Chunky Charcoal




Fresques réalisées lors de trois représentations du spectacle Chunky Charcoal où j’interprétais à la craie la partition dessinée et créée par Benoît Bonnemaison-Fitte, qui ne pouvant crayonner ces soirs-là, m’a invité à le remplacer.

"Chunky Charcoal est un spectacle de et avec Sébastien Barrier, Benoît Bonnemaison-Fitte et Nicolas Lafourest.
Devant une page blanche de neuf mètres par trois, la parole de Sébastien Barrier convie, rassure, accueille. C’est un peu comme le début d’un récit, d’une fable. Un peu, aussi, comme une sorte de messe païenne. Ce sont les premiers mots d’un retour de chasse, une tentative d’explication de la journée, des mois passés, des expériences vécues ces derniers temps. C’est en outre l’occasion de dresser la liste de ce que nous perdrons, peut-être ou sûrement, un jour. Benoît Bonnemaison-Fitte, affairé sur la page, inscrit, relève, classe, trace, dessine en mots, noircit, garde des traces et rend visible ce qui est dit. Témoignage graphique qui organise et répand le chaos d’une pensée en train d’éclore. Il offre, très vite, un nouveau texte, augmenté, déformé, tronqué, où les mots entrent en voisinage, s’assemblent et se répondent, multipliant à l’infini les lectures possibles.
Dans les méandres de cette parole qui prend forme, la musique de Nicolas Lafourest imprime son propre itinéraire, exacerbant la sensibilité des mots. Impossible de ne pas voir ce qu’elle fait à la parole. Elle l’implique de manière grave, anecdotique, chantante, mélancolique, implorante, rassurante ou engagée. Elle en fait la matière d’un prêche, le synopsis d’un film, la structure d’une ode. Un poème."
texte extrait du Centre de production des paroles contemporaines

Pour consulter les prochaines dates c’est par ici.
Je remercie infiniment Benoît, Sébastien et Nicolas pour m’avoir fait partager cette magnifique pièce et permis d’approcher leur art. Merci aussi aux théâtres de Saint-Barthélémy d’Anjou, d’Inzinzac-Lochrist et de Vernouillet pour l’accueil.

Feu Foin, deuxième semaine

Notre aventure limousine continuait du 27 février au 3 mars. Après une première semaine en novembre dernier dans les murs de l'école d'art de Limoges, la deuxième semaine de ce qu’on appelle pour l'instant FEU FOIN s’est déroulée sur le plateau de Millevaches. Nous avons posé nos sacs à deux pas de Tarnac, très heureux d’être accueillis et pouvoir prendre le temps de découvrir le coin. L'odeur de la cheminée, le goût du matin frais, marcher dans la neige, rencontrer nos hôtes, une chouette et délicieuse cantine, l’organisation d’une ferme collective, et encore, et encore.
Nous nous sommes présentés, pris le temps d‘échanger et, à l'aune des apprentissages autonomes, nous nous sommes dit qu'une école d'art en 2017 aurait mille raisons de s’installer là. Celle d'un art qui s'inventerait loin du marché et de l'individualisme crétin. Un art de vivre et de faire ensemble. Une semaine de travail dans l'atelier bois et des rencontres fortes, avec les gens qui font vivre le lieu, des mises en pratique qui déplacent et questionnent notre — mon — rapport au monde et nos choix de vie. Loin du discours mais pas de la parole, nous avons vécu une semaine intense et il nous tarde déjà d'y retourner.
L’objet premier de cette semaine (ou bien seulement le prétexte?) était d’avancer dans la construction de notre machine-roulante-non-productive, sorte de char que l’on viendra finir en mai et avec lequel nous partirons en septembre.



Toujours avec Marion, Laurie et Lauriane, Léa, Madeleine, Anna, Mellie, Marion, Louis, Gaëtan.

Object collection, noise opera


En cette période invraisemblable amérique, le collectif Object collection, s’apprête à sortir le disque issu de leur noise opéra Cheap and easy.

Une collaboration (qui n'a pas encore de titre) avec l'école d’art de Limoges et Marion Pinaffo

Cette semaine de novembre, les trois Formes Vives, Marion Pinaffo, Madeleine, Anna, Mellie, Mathilde, Marion, Rémy, Mathieu, Camila, Marie-Élise, Marjorie (étudiants de l’école d’art de Limoges) et Naïma Pollet sont réunies. C’est le premier de trois temps d’intervention, une sorte d’atelier expérimental qui devrait nous amener à une création plastique et mobile, que nous a commandé l’Ensa Limoges pour fêter les 150 ans de l’école, avec une question sous-jacente : qu’est-ce qu’une école d’art en 2017?



Voici un petit texte d’intention diffusé au près des étudiants quelques jours avant notre venue :

Titre à trouver ensemble,
Une proposition buissonière pour une école d’art de son temps, 150 ans après la naissance du Capital (et de l’école d’art de Limoges).
Une proposition de Formes Vives et Marion Pinaffo.

Nous proposons de prendre le chemin de l’école à la ferme, avant de revenir à l’école. Nous créerons un collectif avec des étudiant-e-s, pour vivre et travailler ensemble, un kibboutz nomade, d’artistes curieux et touche-à-tout, un début de bolo’ dont l’objet est d’ouvrir une voie personnelle, une voie que vous pourrez appeler école d’art si vous le souhaitez. Nous inventerons des formes ensemble, ici et là, utiles et inutiles, surprenantes et ambitieuses, nous croiserons les pratiques, nous préparerons des fêtes, nous nous enivrerons de rencontres, de lectures, de banquets, nous travaillerons la terre comme nous bricolerons des machines, nos vies en sortiront transformées — ce que nous ne manquerons pas de vous faire partager.

Première période du 14 au 18 novembre de 9h à 19h, dans le hall de l'Ensa Limoges.
Deux points météo à 9h et à 14h, vous êtes les bienvenus pour nous accompagner, nous suivre pour l'année, ou passer pour le café.




Second + troisième temps, du 27 février au 3 mars + du 15 au 19 mai. Avec Laurie Peschier-Pimont et Lauriane Houbey pour encore agrandir l’équipe!

MidiMinuitPoésie


Le seizième festival MidiMinuitPoésie organisé par la Maison de la Poésie de Nantes se tiendra du 7 au 11 décembre à Nantes donc.
Un généreux programme aux frontières de la poésie, des arts, de la musique et de la performance dans lequel on retrouve entre-autre les copains de la Folie Kilomètre ou encore la revue Vacarme.

L'affiche a été réalisée avec Antonin Faurel, c'était lors d'une chaude journée d'été, sur la côte, nous sommes partis nous promener dans les rochers, une flânerie photographiée, estivale, légère, nous avions envie de voir des corps réchauffés, gesticulant, pour un affichage que nous savions quasi hivernal. Avec la participation d'Anne-Cécile, Coline et Quentin.




80x120 cm et 40x60cm, impression Lézard Graphique 2 couleurs

fil rss | fil rss commentaires | fil atom | fil atom commentaires | créé avec dotclear