L’atelier de curiosités apicoles du Rucher du Haras d’Annecy



Le Rucher du Haras, installé dans le beau parc du haras d’Annecy (centre-ville), m’a invité l’été dernier a créer une palissade graphique pour protéger les promeneurs de l’activité des abeilles. Cette année, nous voilà de retour pour créer un « cabinet de curiosités apicoles », sorte de mini-musée réunissant des objets liés à l'apiculture, dans une grange à dépoussiérer et à investir.

lire et/ou regarder la suite

Matteo Rubbi, Voyages dans la mer perdue

Voyages dans la mer perdue, c'est le titre de l'exposition en cours à la synagogue de Delme de Matteo Rubbi.
Marie Bechetoille, actuelle directrice par intérim du centre d'art, a eu la bonne idée de nous faire travailler sur une petite publication en lien avec l'exposition. C'est un cahier bilingue de 48 pages, de 17x23,5 cm. Une affiche de 38x42cm est pliée et enrobe la couverture en jaquette à l'américaine. Il est distribué gratuitement sur place.
Au début, quelques vues de l'installation dont l'une des pièces est un soleil géant réalisé à partir de dessins d'enfants…

lire et/ou regarder la suite

Septier, un livre de Jean-Loup Septier


Jean-Loup Septier est peintre et compagnon de route de Formes Vives depuis la première heure. Après la réalisation d'une micro-édition sur une série de peintures ainsi que de son site internet, il nous confie aujourd'hui la conception d'un livre retraçant son parcours artistique.
Le livre vient de paraître et il nous en fait la présentation. –>

lire et/ou regarder la suite

La Verrerie D'alès présente in circus, fenêtre sur cirque à Rochebelle

Le dernier temps fort de la saison pour la Verrerie (le Pôle National Cirque Occitanie) c'est In Circus, du 21 au 25 juin et nous étions la semaine dernière à Alès pour y préparer une signalétique sous la forme d'une collection de panneaux-pancartes-à-remplir, peints sur bois et qui pourra resservir pour les prochains événements du lieu.
Trois passages de couleur et une couche de noir de tableau de craie pour les zones de texte. Avec Coline en renfort cette semaine sous la canicule cévenole, un grand merci à elle.

L'affiche et le programme du festival circulent déjà depuis quelques semaines dans les rues d'Alès et des environs.

En direct de Chaumont, dernières retouches



Il semblerait qu'une biennale ce soit ouverte à Chaumont. Et déjà d'y retrouver plein de copains, Tristan & Fanny, Jean, Lucile & Gauthier, Yassine & Thomas, en plus des poteaux porteurs de l'événement, Vincent, Jérémie, Éric, Catherine…
On espère retrouver encore plein de monde ce weekend!
Merci Jean, Vincent, Julie et Arnaud pour le coup de main ; )

Biennale de design graphique de Chaumont + Formes Vives



La signalétique de la Biennale arrive en ville.
Le programme sort de rotative en ce moment.
La Biennale commence le 13 mai. Et nous (Nicolas, Geoffroy, Pia, Mano & moi) débarquons le 19, pour la fête d’ouverture!
(Photos Jérémie Bardet)

La signalétique de la biennale de design graphique de Chaumont 2017 (en cours)

Depuis lundi après-midi, l'équipe Formes Vives et la famille de Nicolas sommes à Chaumont, du côté du lycée agricole surtout. On continue de travailler pour la Biennale de design graphique, 13 mai – 24 septembre. Weekend d'inauguration les 19-20-21 mai.



Prochainement à voir en ville!

L’affiche de la biennale de design graphique de Chaumont 2017




Nous avons dessiné une image pour Chaumont, une affiche pour un festival de design graphique. Nous l’avons imaginé pour des regards curieux, ceux des ami-e-s, pour Vincent, Jérémie, Catherine, Éric, Jean-Yves, Alexandra, pour les copines et copains qui viendront la voir de près ou pourront quand même l'apprécier de loin. Nous travaillons des affiches comme l’on prépare un festin, chacun y convie les idées du moment, les désirs de partage. Cela peut être politique, plastique, drôle, énervé, anecdotique, doux, amer, puis on prend le temps de travailler tout ça ensemble. Nous cherchons des ambiances, des odeurs graphiques. On espère que ça surprenne, qu'il y ait de l'émotion, une certaine liberté prolongeant par les formes la vivacité de nos mains et de nos têtes à travailler nos imaginaires.

Notre travail graphique n’est qu’une partie de nos aventures, des vies faites de rencontres, d'histoires, de lectures, d’images, de paysages, de musiques et de danses, une somme de choses qui façonnent notre épanouissement sans rogner sur le plaisir de l’instant présent. Cette affiche c'est un peu comme l'instantané d’un repas entre amis. Il y a des personnages qui se sont retrouvés autour d’une table, pour manger, discuter, faire une partie de cartes, répéter un spectacle, on n’en sait trop rien au final. Ils sont trois ou quatre, c’est déjà pas mal pour se sentir ensemble.

ll y a une table blanche, comme un début. Un âne partage ses carottes ou bien est-ce l'inverse. Un ou des monstres, des humains, des tâches, des traces, des objets, des formes incertaines. Tout cela participe à une dramaturgie. Que va-t-il va se jouer-là, se perdre, se trouver, se chercher? On se nourrit le corps et l'esprit? Puis la composition s’échappe et ouvre sur une fenêtre, et nous sommes ce soir-là particulièrement gâtés par un autre spectacle, cosmique. «Laisse-les regarder! Les animaux ne regardent qu'avec leurs yeux, nous, les humains, nous regardons avec notre folie.» (Wajdi Mouawad, Forêts)

De l’espace intergalactique, revenons à l’endroit du sens. Après Marie-José Mondzain et les nombreux-ses artistes qui nous nourrissent, nous aimons les formes au sens ouvert, flottant, qui nous proposent des lectures variées, qui nous embarquent et l’on ne sait jamais trop comment pourquoi vers où. Merde aux injonctions, aux propagandes, à la dialectique et à la sémiologie. On n’a jamais fait que vider les formes de tout intérêt vivifiant à vouloir courber leurs sens sous la logique des mots. Nous sommes entourés de toujours plus de visuels insipides et vulgaires, de ces slogans idiots, de ce langage de la publicité aussi violent et désincarné que le monde marchand et industriel qu’il promeut. Nous essayons de faire d’autres types d’images un peu comme nous essayons de déployer des pratiques à la marge du système capitaliste nauséabond. Voilà des formes, des signes, des couleurs, des motifs, appelons-ça cuisine ou poésie, voilà l’image à laquelle nous sommes arrivés en cette fin mars 2017, à force d’essais et d’échanges. Nous avons l'intuition qu'elle nous ressemble.

Et les mots!? Bim, des mots sont comme tombés sur notre composition, que font-ils là? «Pour échapper à la rigidité du point de vue qui a tendance à s’imposer comme étant le seul possible, il faut inventer des analogies et des comparaisons inédites, qui nous permettent de voir sous un nouveau jour, c’est-à-dire de recommencer à voir, les phénomènes apparemment les mieux connus.» (J. Bouveresse)

Joie d’offrir et, nous espérons sincèrement, plaisir de recevoir.

Les Formes Vives

120x180 cm, 60x80 cm et 40x60 cm, quatre couleurs, imprimé chez Lézard graphique

fil rss | fil rss commentaires | fil atom | fil atom commentaires | créé avec dotclear