Formes Vives aux Estiennales 2014



Luce Mondor et Sophie Bourly m’ont invité à participer aux Estiennales 2014. Et comme aucune autre Forme Vive n’était disponible à ces dates pour m’accompagner à Paris, et que je raffole pas des conf en solo, et que le thème de cette année — «le mur», en résonance avec le 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin —, me faisait bêtement penser à mon ami franco-berlinois Léo Favier, ni une ni deux je lui ai proposé de faire une présentation croisée de travaux et d’idées, mais mais mais, rebondissement de la dernière minute, l’imprimeur allemand qui aura la lourde tâche de sortir son Comment tu ne connais pas Grapus? (j’en parlais hier) n’a pas trouvé d’autres disponibilités que le mercredi 26 novembre, jour même de notre discussion… Bref, au final je ferai cette conférence tout seul! Les Estiennales ont lieu mardi et mercredi prochains, et mon oral sera donc mercredi 26 novembre à 14h.
La liste des intervenants est chouette et bien bariolée! L’entrée n’est pas censée être «publique» (réservée aux étudiants d’Estienne), mais il y a sans doute moyen de forcer la porte.

Automne grapusien



À l’EHESS, Grapus fait l’objet d’un séminaire de recherche organisé par Catherine de Smet et Béatrice Fraenkel. On espère pour elles et leurs têtes blondes que ça se passe bien! Pour les curieux (j’ose espérer que c’est bien public?), une journée d’étude aura lieu le 12 décembre. Sauve la date.
Ce sera donc à l’EHESS, amphi François Furet, 105 bvd Raspail, Paris 6e.
Le programme à récupérer ici.
Merci Jil pour l’info!
Grapus est d’une actualité brûlante puisque Léo Favier fêtera comme il se doit le 4 décembre la sortie de la 2e édition de son ouvrage Comment tu ne connais pas Grapus? (Au Monte-en-l’air à 18h15, le Jilou en cause ici).
Alors que Gérard Paris-Clavel a réalisé une expo qui semble bien chouette pour le Mois du graphisme d’Échirolles (quelques photos sur le site d’Étapes).
C’est par contre vraiment trop tard pour l’expo d’Alex Jordan à la Kunsthalle!



Enfin, pendant ce temps, depuis sa chaleureuse chaumière saronoise où j’ai eu le plaisir de séjourner pas plus tard que la semaine dernière, Vincent Perrottet prépare une maousse expo de sa collection d’affiches à l’Espace Poirel de Nancy.

Jeunesse à Nîmes contre la précarité et l'exclusion

Trois cents jeunes d’Europe, du Maghreb et du Proche-Orient se sont donnés rendez-vous à Nîmes ce week-end du 24 au 26 octobre dans le cadre du Festival des solidarités euro- méditerranéennes de la jeunesse à l’invitation du Secours populaire et de onze associations partenaires.
Nous avons réalisé l’image de cette manifestation, déclinée notamment sur t-shirt et affiche.



MJC Beaubourg


Du 20 au 26 octobre prochains, on sera au Studio 13/16 du Centre Pompidou pour une installation-atelier. C’est donc d’abord ouvert aux adolescents mais tout le monde peut passer!
Des murs blancs (pas pour longtemps), des grandes images en noir et blanc (des œuvres issues des collections contemporaines du Centre), des pinceaux et des outils pour écrire, gribouiller, détourner, transformer... À la fois exposition et terrain de jeu, cette installation permet la flânerie, la minuscule trace comme le grand geste et atteste de la volonté de dire, d'exister.
Entre les dazibaos chinois et le mur de chambre d'adolescent-e,
entre la table de classe et le cahier de doléance.

lire et/ou regarder la suite

Salon Vendetta à Marseille / Danse Renversante en exclu

Ce weekend à la Friche Belle de Mai se tiendra Vendetta, seconde édition de ce «salon du multiple et de la micro-édition» monté par le Dernier Cri. Fotokino y tiendra un stand, l’occasion de présenter notre dernière petite production tout juste sortie du four (ou plutôt de la Riso), un fanzine pour enfant! Ça s’appelle La Danse renversante, ça dure 20 pages, c’est habillé en deux couleurs et super papier, et on vous en reparle très vite pour essayer de vous en vendre haha!



Merci beaucoup Fotokino et big up à Vincent pour son travail de conducteur Riso, et merci aux Nicole Crème pour leur coup de pouce à l’agrafe et au massicot!

Et Qui Libres? (10 jours d’instabilité) — installation à Fotokino, Marseille!



Certains ont déjà reçu cette nouvelle par email, ou l’ont croisée dans le calendrier de Graphisme en France 2014 (Cnap), ou simplement ici… 

Du 10 mai au 1er juin, nous prenons l’espace du studio Fotokino pour présenter une installation originale! L’Amoural Zammit, le Négusse Filloque et Marin le Pithon sont d’ores et déjà réunis à Marseille pour mettre ça en œuvre, 10 jours pour dessiner une révolution, travailler des formes bizarres, précaires, bricolées, conjuguées à des idées qui ne plient pas, des désirs suspendus. Venez fêter ça samedi prochain ou plus tard dans le mois.

Vernissage le 10 mai à partir de 11h
Studio Fotokino,
33 allées Gambetta, Marseille 1er.

Souvenirs d'expédition dans la faille anarcho-temporelle — Save the date!



L'équipe de Formes Vives est heureuse de vous convier à l’exposition de leurs plus récentes découvertes!

Exhumés sous un terrain du centre-ville de Brest, un réseau de galeries sans âges et de grottes zarbi les a mené aux restes d’une macro-civilisation disparue, ou pas tout à fait apparue (à vrai dire étant eux-mêmes de piètre scientifiques ils n'osent pas trop se prononcer). Avec leurs propres moyens, ils ont pris des relevés, dessiné, créé une somme de reconstitution de manière à faire partager au plus grand nombre les traces de cet étrange culture enfouie, quitte à lui donner un éclat qu’elle n’a peut-être jamais eu. Qui sait? Peut-être sont-ils malgré eux en train de créer une nouvelle mythologie?


Du 23 avril au 7 mai à l'Espace Short, dans le cadre du festival Kraft
23, bvd de Chantenay
44100 Nantes

Vernissage le 23 avril à partir de 18h30,
avec une petite soirée de prévue sur place
ambiance assurée par Zammix!

L'Étourdissement

En ce moment, dans les rues de Brest, vous pouvez croiser la tache rose-marron et le visage de Nicolas (pas moi!) qui invitent aux représentations du dernier spectacle du Théâtre du Grain.

Un jeune homme célibataire vit avec sa grand-mère et son ami Bortch dans un environnement hostile, dans un brouillard permanent entre l’abattoir où il travaille, un bassin de décantation, des lignes à haute tension, et des pistes d’aviation d’où décollent des avions qu’il ne prendra jamais. «Un jour, je partirai» affirme le jeune homme. Peut-on y croire? Et y croit-il lui-même? L’humour noir affleure et les sauve pourtant, avec une sensibilité lucide et fragile. Et nous nous attachons à ces personnages, touchant par leurs efforts, leurs blocages, leur instinct de survie. Drôles mais tragiques. Tragiques mais drôles.

L'Étourdissement est une adaptation très personnelle du livre de Joël Egloff. C'est toute la semaine prochaine — du 21 au 25 janvier — au Stella, à la Maison du Théâtre, à Brest. Et début février à Rennes à la Paillette. Toutes les infos sont sur le site du Théâtre du Grain et les réservations sont possible en ligne ou en appelant la Maison du Théâtre au 02 98 47 99 13!

fil rss | fil rss commentaires | fil atom | fil atom commentaires | créé avec dotclear