«La période comprise entre les premiers jours de la Révolution soviétique et l'avènement du réalisme socialisme se referme alors avec l’exposition, fin 1932, au Musée russe de Léningrad, intitulée ‹Quinze Ans d’art›. Cette exposition présentait l’évolution de toutes les tendances de l’art soviétique et donc les contributions de l’avant-garde. Mais en juin 1933, la même exposition à Moscou supprime toutes les œuvres de l’avant-garde. Cette réorganisation est considérée par la voix officielle d’Iskoustvo comme une expérience concluante de la reconnaissance d’un nouveau style soviétique expurgé des scories du passé, c'est à dire des formes d'art n'ayant pas eu d'avenir :
‹L’exposition de Moscou voit le formalisme comme quelque chose appartenant à un sombre passé qui se perpétue mais qui n’est plus vivant dans le présent, si on peut dire, et qui n'a pour nous aucune viabilité dans l'avenir. (…) Puisqu’une telle expérience a prouvé qu’on a tout fait pour obtenir un nouveau style soviétique et réorganiser les modes de créativité existant au préalable dans les arts plastiques.›
L’histoire de l’art soviétique sera désormais calquée sur ce modèle révisionniste. La lutte contre le formalisme, nom générique donné à l’art moderne par les staliniens, est déclarée et beaucoup d’œuvres de l’avant-garde détruites physiquement. En 1933, les revues artistiques sont supprimées et remplacées par le journal Iskousstvo, Art, organe du Syndicat des artistes soviétiques, normalisant ainsi la critique d’art. Lounatcharski déclenche une seconde vague de propagande monumentale, mais qui devait cette fois célébrer des personnalités vivantes. 1934 est une date importante, car c’est à ce moment que la doctrine du ‹réalisme socialiste› a été officiellement proclamée au Premier Congrès de L’Union des Écrivains Soviétiques par Andréï Idanov, un des grands responsables de la liquidation des libertés en Russie.»

→ Le texte complet de Pascale Camus-Walter, «La Naissance du Réalisme socialiste»
→ Un article de François-Xavier Coquin : « L’Affiche révolutionnaire russe (1918-1921), Mythes et réalités »