Pour commencer, un «classique» devenu introuvable, le fameux catalogue des Graphistes associés, par lequel ils signèrent l’arrêt du collectif.



Né sur les chaudes braises de l’atelier Grapus, en 1990, ce collectif vécu 10 ans avec des arrivées, des départs… à l’origine étaient Gérard Paris-Clavel et Vincent Perrottet, avec très vite d’associés Jean-Marc Ballée, Catherine Breitner, Odile José, Denis Imbert puis Anne-Marie Latrémolière et, à la fin, étaient réunis sous cette signature Sylvain Euguehard, Odile José, Anne-Marie Latrémolière, Vincent Perrottet et Mathias Schweizer. Anne Drucy, Romain Gaudin, Fabrice Praeger, Nathalie Minne, Stéphane Dety, Marie Auché, Cyril Nicolas et Thomas Lélu y firent aussi un passage. (Bon je ne liste pas tout le monde… un texte passionnant «ouvre» le livre et décrit bien la vie et les contributeurs de l’atelier.)

Le livre balaye les productions variées issues de cette aventure mais montre aussi quelques unes des dernières formes de Grapus, quelques premiers travaux de l’association Ne pas plier* (créée en 1991 par Gérard, Vincent et le photographe Marc Pataut) et le tout rythmé par une construction éditoriale très pétillante et de nombreuses photographies qui retransmettent un peu la «façon épicurienne de travailler» qui était leur force.

*D’ailleurs Ne pas plier vient tout juste de mettre en ligne son site! (Même s’il n'est pas encore très complet.)



Un autre boulot des Graphistes associés, en collaboration avec Ernst dit le Denis (qui officie aujourd’hui sous le nom de Den Chamanie). Étonnant petit journal, Tabou santé (mai 1992), publié par l’association Jeunes et santé et diffusé aux personnes de 15-20 ans par les partenaires du secteur social, éducatif, culturel : administrations, collectivités locales, réseaux associatifs ou institutionnels.



Cet objet est d’un enthousiasme typographique sans pareil, des petites choses sont à lire un peu partout et font de cette publication destinée aux ados un petit jeu délicieux à picorer de toute part – ça tombe bien, ce numéro a comme thématique la nourriture.
Le tout est imprimé en 2 tons directs (comme celui ci-dessous), ce qui résonne évidemment avec le travail que nous faisons actuellement avec Article11.



Autre objet, autre collectif.
Courage c’est du graphisme. Soit Pierre di Sciullo, Pierre Milville et Vincent Perrottet. Une association de «jeunes graphistes» qui n’a pas duré bien longtemps (1987-1988) mais qui s’en nul doute aura marqué leurs parcours. Voici le n°1 de la revue trimestrielle du Centre culturel communal de Gennevilliers, Aller-retour (astucieusement typographié Alleretour avec un jeu de surimpression), daté de 1987.



Dans ce grand journal au papier bouffant et aux grandes marges, on peut notamment se délecter des caractères typo de Pierre di Sciullo (le Rêveur et le Contraste), autodidacte qui à partir de 1983 s’est fait ses armes avec son fanzine auto-édité, Qui? Résiste.



Un autre travail d’édition, cette fois signé d’un TH qui n’est autre que Thomas Hirschhorn. Formé au graphisme à la Schule für Gestaltung de Zurich, le jeune suisse fraichement diplômé intégra l’atelier Grapus au milieu des années 80, à la recherche d’une pratique politique des formes. À la suite de cette expérience il abandonnera définitivement la création graphique pour s’engager entièrement dans un travail de plasticien.



Cette petite plaquette bimestrielle (dépliant A4), L’Affiche à Gennevilliers, un programme des spectacles et manifestations artistiques proposés par cette ville, était l’occasion d’un travail plastique libre sur le verso. Dans ce numéro réalisé par Hirschhorn, on peut déjà apprécier sa vive habilité avec le collage et une maitrise très expressive de la bichromie.



Et pour terminer, une petite double page de la plaquette annuelle de la Filature – scène nationale Mulhouse –, travail coloré, simple et doux que réalisent ensemble Anette Lenz et Vincent depuis 2007.