Nous avons commencé par une liste incomplète de ce que nous considérions être du ressort de la communication municipale. Le plus dur étant, non de rajouter, mais de soustraire ce qui n’est pas de sa compétence. Les collectivités ont souvent tendance à sortir de leurs prérogatives, elle n'hésite pas à vendre ce qui — parce que dans leur juridiction — n’est pas de leur fait.


Nous avons fait des groupements a priori ; internet, journal, signalétique, formulaire, affiche, communication élus-habitants. Chacun est sorti en petit groupe vérifier et rencontrer la mairie, récupérer les outils de communication, questionner les pratiques.

Nous avons cherché à construire les moyens de communication de la mairie de Rennes dont on rêverait ; démocratique et exigeante.

À la fin de la journée, les différentes parties que nous voulions aborder s'étaient précisées : site, journal, expression et information municipale, expression populaire, signalétique.

Le deuxième jour, nous avons élaboré de petits scénarii de communication, sur des A5 que nous accrochions au mur, se répondant, se complétant, se contredisant.


Sur un autre mur, nous avons organisé ces schémas-idées-notes et construit le chemin de fer de ce que nous appelons alors une «Propositions de communication pour notre mairie idéale». Une première ébauche qu’il aurait était chouette d'expérimenter. Une prochaine fois peut-être?

Bientôt la publication d'un petit livret mettra un point final à ce workshop qui est le premier qui ne nous conduit pas à une production finale individuelle. À méditer.