L'idée: être en capacité de penser et de réaliser un journal mural, de manière collective, depuis l’écriture jusqu’à l’impression et l’affichage. Le journal est quotidiennement mis à jour et les thèmes abordés sont en lien avec l’environnement proche: le quartier, ses habitants, ses lieux...

La pratique: construction et réalisation d’un journal mural en 3 ateliers de 4 à 5 personnes: mini-reportage + maquettage + fabrication (impression/accrochage).
L’objectif de ce stage est de montrer qu'avec des moyens assez modestes il est possible pour tout public (à partir de 10 ans) de prendre en main un ouvrage éditorial « hors format classique », collectif et manuel, en s’initiant à des techniques simples et récréatives (formes d’écritures brèves, photographie, composition et maquettage, impression en grand, exposition). Découverte d'un logiciel de PAO et initiation à la mise en forme de contenus graphiques, photographiques et textuels.

Le matériel: photocopieuse laser n/B A4, ramette de papier (recyclé et couleur), colle, scotch-papier, crayons en tout genre, appareil photo, trois-quatre postes d’ordinateurs équipés d’un scanner et d’un logiciel de mise en page gratuit.





Chaque journée se découpe donc en trois temps forts. Nous débutons pas une réunion pour choisir collégialement le thème du jour. Par groupe de 4-5 personnes, les stagiaires décident entre-eux de leur propre méthode pour illustrer et présenter ce thème retenu. Il y a alors 3 équipes donc 3 points de vue qui constituent les différents articles du journal.
Les équipes partent ensuite "sur le terrain" et pendant la matinée vont récolter un matériel varié (prises de vues, entretiens, anecdotes, dessins, diverses notes).

Après la pause déjeuner, atour d’une table, sur une ou plusieurs feuilles A4 chaque groupe s’affaire à rendre compte, synthétiser, organiser, présenter les différents éléments informatifs entre-eux. La composition peut se faire en format paysage ou portrait, elle doit présenter un titre, un chapeau, un ou plusieurs textes, des visuels légendés (photos ou dessins) ainsi que d’éventuels ajouts (schémas, tableaux, infos diverses). En parallèle de ce travail, trois stagiaires s'occupent de décider et dessiner le titre du journal, de formuler un sommaire en glanant les infos de chaque groupe et de rédiger l'ours et le colophon.
Le résultat des maquettes est ensuite scanné et reproduit en grand format mosaïque à partir de feuille de papier A4. Le journal mural quotidien naît alors de l’accumulation des différents articles réalisés par chaque groupe et affichés côté-à-côte dans le but de recouvrir un espace d’affichage.




Si les journées étaient organisées plus ou moins de la même façon, nous avons pu toute fois faire évoluer les règles du jeu afin d'introduire de nouveaux éléments. Ainsi, si la première journée l'ensemble des textes a été composé à la main (afin de mettre en avant l'intérêt de l'écriture manuscrite), le deuxième jour, le traitement de texte nous a permis d'introduire quelques règles de mise en page et de choix typographiques alors que la dernière journée nous avons plutôt explorer une forme d'exposition à partir d'un sujet, un travail plus libre mais aussi plus approfondi autour d'un lieu précis: la marché.

Nous sommes curieux de découvrir les réalisations de chaque structure et tenons à remercier par là même les différents stagiaires pour leur motivation et leur attention à se prêter à cette forme pas mal expérimentale. Merci aussi à Dominique Walter de la Direction Départementale à la Cohésion Sociale qui chaque année nous invite à intervenir. Spéciale casse-dédi à Flo qui nous a manqué pour cette fois.