Workshop à Nancy



Les 7, 8 et 9 mars nous étions à l'Ensa Nancy, avec des étudiants de 1e, 2e et 3e année.
Sujet: Avec un matériel rudimentaire composé d’aérosol de craies, de blanc de Meudon, de divers papiers de récupération et de colle à papier peint, nous partirons à la recherche de lieux susceptibles d’être le support de créations graphiques temporaires. Il faudra alors définir une intention spécifique à ce lieu, délimiter des enjeux et y répondre par une composition in-situ qui apportera par un langage graphique atypique, une nouvelle lecture de cet espace.
Les expériences provoquées par un travail à grande échelle, collectif, sans ordinateur, peut-être dans le froid, en regard des passants, avec ce type de matériel, nous amèneront à réfléchir notre façon d’intervenir sur ces trois jours. S’il y a la possibilité qu’un des membres du groupe embarque avec lui un vélo et des sacoches, ça nous permettra d’être plus mobiles.

lire et/ou regarder la suite

Workshop « Camp Climat » à l'Isba de Besançon



Retour à la normale après une semaine intense de workshop à l'Institut des Beaux-Arts de Besançon. Nous étions présents tous les trois accompagnés d’une trentaine d'étudiants, pour l'élaboration et l'expérimentation d'un temps collectif, de partage du quotidien, d'échange de pratiques et d'expérimentation formelle : la construction de biens communs vécus.
Partant de notre « connaissance » de Besançon, que c'est une des villes où se montèrent les groupes Medvedkine, et que nous avons en tête la chanson de Colette Magny sur les filles de la Rhodia, nous avions d'abord projeté un workshop en 4 × 8. Nous avons gardé l'envie d'horaires décalés, un moyen assez simple de sortir rapidement les étudiants (et nous-mêmes) de nos habitudes pour provoquer des situations étonnantes et fortes.

Petit récit d’un workshop de la semaine «folle».

lire et/ou regarder la suite

Workshop «Hit Parade» à l’Université de Strasbourg

Les 1, 2, 3, puis 15 et 16 octobre, nous étions du côté de l'Université de Strasbourg pour un workshop avec les Master design 1 & 2. À partir d'un morceau de musique de leur choix, les 10 groupes doivent réaliser des installations scéno-graphiques, mettant en œuvre une lecture personnelle et sensible de ces chansons ou pièces sonores. Le tout quelque part dans l'Université et à partir d'une liste de matériel «contraignante» (lire ici le sujet complet et ici quelques photos du boulot en train de se faire.).



Après trois premières journées de travail ensemble, les étudiants ont pu avancer de leur côté avant d’aboutir leurs installations à mon retour, le workshop se concluant par une présentation déambulatoire à travers le Palais U. Ci-après, un petit aperçu des dix surprenantes installations produites…

lire et/ou regarder la suite

Workshop à l'université de Strasbourg, mi-temps


La première session est terminée. On fait une pause et rendez-vous les 15 et 16 octobre prochains pour découvrir les installations.

lire et/ou regarder la suite

Workshop «Hit Parade» à l’Université de Strasbourg



Avec Geoffroy, nous sommes ces jours-ci à Strasbourg pour animer un workshop avec les étudiants du master design de l’Université de Strasbourg (34 étudiants de M1 et M2). On commence par trois premiers jours cette semaine (puis deux autres mi-octobre).
Avec dans un coin de tête de bons souvenirs où la musique a une place particulière, comme ces fois où des copains vous ont fait découvrir un morceau, un artiste ; ou ces instants de vie où une musique était là, comme par magie, telle une B.O. idéale ; ou encore ces pochettes d'album ou ces clips tellement forts ou surprenants qu'on les a gravés avec la musique qu’ils accompagnent… Le sujet :

lire et/ou regarder la suite

Studio 13/16 au collège


Nouvelle collaboration avec le Studio 13/16 du Centre Pompidou pour sa 2ème édition du «Studio 13/16 au collège».
Entre avril et mai, il s'est installé dans trois collèges parisiens pour proposer quelques activités autour de l'art évidemment. La thématique cette année collait plutôt bien à notre esprit: l’expression d’un sentiment, d’une opinion, d’une idée politique.

lire et/ou regarder la suite

Histoire Vive

«Histoire vive». Rien que le nom, déjà, sonne antinomique. L’histoire, c’est bien connu, c’est cette chose rigide, monolithique, qui a toujours été là. De toute façon elle sera encore ici quand on sera parti, à peine changée.

Pourtant, il y avait ce gars, avec sa bibliothèque pleine de livres fous qui nous font écarquiller les mirettes. Et puis cet autre, qui nous parle de ses quatre cent coups avec une lueur de plaisir intact dans le fond des yeux, surtout qu’il continue de prendre part à des aventures avec la même délectation. Même cette jeune nana, perdue dans ses piles de documents, qui discute allègrement de la vieille presse militante.
C’est donc que cette histoire est susceptible d’alimenter des imaginaires et d’allumer des désirs cachés.

Tu vois, ces jeunes Hollandais qui ont fait vriller Amsterdam à la fin des années 1960 avec leurs joyeuses provocations? Et cet atelier non-mixte de féministes anglaises des années 1970? Et puis ceux-là, autonomes allemand dans les années 1980 et 1990? Et puis toute cette presse indé qui s’essaye, aujourd’hui encore, à une autre manière de faire du journalisme? Eh bien tout ça constitue nos constellations à nous, ces petites choses brillantes qu’on regarde de loin et qui souffle sur les braises de nos envies.
Cette récolte, Formes vives l’avait entamé pendant les études (ça et ça), puis en avait formalisé une ébauche en 2011 pour les Rencontres Médias Libres à Longo Maï. Et puis, pris dans d’autres choses, l’ébauche était restée en l’état.
2015. On en reparle même si on peine toujours à se motiver à compléter ce site. Mais un événement inattendu précipite la chose, et puis voilà qu’arrive le moment où on vous invite à aller jeter un œil!



La formule est sensiblement la même qu’avant : pour (presque!) chaque page, une collection d’images avec quelques liens. Il y a des fois un texte plus ou moins long qui introduit les images. Dans la mesure du possible nous les avons légendées (laisser la souris sur chaque image, la légende apparait). Il faut voir ce site comme un outil de recherche, un index de références qui s’étoffe progressivement, en parallèle de nos découvertes respectives. Alors «revenez-y donc mes jolies demoiselles» comme dit la chanson!
C’est par ici!

Journal mural à la MJC de Croix



La classique formation ÉcraNomade!
Pour la troisième année consécutive je retournais la semaine dernière avec Nicolas Leblanc à la MJC de Croix pour trois jours de stage autour du journal mural. Nous recevions un groupe d'éducateurs venu chercher des idées/outils en vue de pouvoir les ré-utiliser et les adapter au sein de leur structure respective avec des publics jeunes (enfants ou ados).

lire et/ou regarder la suite

fil rss | fil rss commentaires | fil atom | fil atom commentaires | créé avec dotclear