Une affiche rouge pour le 1er Mai!



On est hyper contents d’avoir réalisé l’affiche de la CGT pour le 1er Mai!

Cette joie est un peu liée au tirage grisant — 30000 ex., notre record! —, mais c’est aussi la satisfaction de voir l’une de nos images convaincre des responsables syndicaux. Et quel honneur d’avoir une place dans cette belle chronologie (enfin l’esthétique de ces dernières années est pas jojo).

La simplicité de cette affiche est pour partie liée aux conditions de la commande. On attend maintenant de la voir dans la rue. N'hésitez pas à nous faire suivre des photos si vous en croisez dans la rue du côté de chez vous, on se fera un plaisir de les publier ici!
Et puis il nous reste à espérer que le soleil et pleins de sourires prennent la rue le jeudi 1er mai prochain, pour fêter comme il se doit la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs, 125e édition!

Souvenirs d'expédition dans la faille anarcho-temporelle — Save the date!


L'équipe de Formes Vives est heureuse de vous convier à l’exposition de leurs plus récentes découvertes!

Exhumés sous un terrain du centre-ville de Brest, un réseau de galeries sans âges et de grottes zarbi les a mené aux restes d’une macro-civilisation disparue, ou pas tout à fait apparue (à vrai dire étant eux-mêmes de piètre scientifiques ils n'osent pas trop se prononcer). Avec leurs propres moyens, ils ont pris des relevés, dessiné, créé une somme de reconstitution de manière à faire partager au plus grand nombre les traces de cet étrange culture enfouie, quitte à lui donner un éclat qu’elle n’a peut-être jamais eu. Qui sait? Peut-être sont-ils malgré eux en train de créer une nouvelle mythologie?


Du 23 avril au 7 mai à l'Espace Short, dans le cadre du festival Kraft
23, bvd de Chantenay
44100 Nantes

Vernissage le 23 avril à partir de 18h30,
avec une petite soirée de prévue sur place
ambiance assurée par Zammix!

L’underground musical français entre Mai 68 et l’arrivée du punk



Sacrée Colette Magny, je la connaissais pas celle-là! C’est d'ailleurs pas la seule perle oubliée que l'on entend passer dans cette émission d’Yves-Marie Mahé, sur France Cul, ici. Un moment d’histoire et de musique qui fait du bien.

Compil Zammix d’avril



Enfin le temps de balancer une nouvelle compil, agencée avec ce qui m’a servi à envoyer le bois samedi dernier à La Friche, en conclusion festive et politique de «la nuit de la doléance contemporaine». Mais oui mais oui, à Marseille on trouve de drôles de soirées. Au programme, panier garni, mi-pessimiste mi-explosif. Le bijou (kitch) de circonstance est offert par Martin Circus (morceau extrait du premier opéra-rock français!), je découvre que The Ex a enregistré en EP en 1986 reprenant des chansons de la Guerre d’Espagne (avec un bouquin de photos d’archives de la CNT), et je vous glisse un lien vers une chorale d’un genre étonnant (merci David!). Sans oublier le fameux Pour en finir avec le travail de Guy Debord, Jacques Le Glou et consorts. Bisous révoltés.
Zammix 1404 — Doléances Night

Avec Zippyshare, comme sur les sites du même genre, si vous n’avez pas encore eu la bonne idée d’installer ce super bloqueur de pub, alors vous allez trouver la visite un peu relou.

Club d’amateurs d’images : interactivité image & son

Ce mercredi, en guise de second volet de «Voir l’image» (le premier volet était dédié au vidéoclip graphique), le Club en a pris plein les mirettes avec des travaux vibrants de cymatique, des films d’animation expérimentaux cherchant à articuler le temps visuellement comme la musique le fait pour l’oreille, des videoclips comme le fameux Around The World de Michel Gondry, des concerts dessinés comme descendants des premiers VJs, et donc du VJing et son explosion avec le développement de l’ordinateur. Ordinateur qui nous donne moult programmes pour développeurs d’objets ou performances interactifs, et voilà qu’arrive en force le mapping et puis d’autres genres d’installations très impressionnantes. En guise d’extraits…



Ci-dessus, dans la catégorie «Balaise», la Box du studio Bot & Dolly, à base de vidéo mapping sur surfaces animées par robots (filmé en direct et sans retouche). Produit par le programme Creators Project.



Ci-dessus, pour la catégorie «Ceci n’est pas un économiseur d’écran», le duo de Hambourg Incite avec leur performance live Fire, pendant le festival Elektra de Montréal, 2013.
Et enfin, ci-dessous, dans la catégorie «Voisins en or», une vidéo sélectionnée par Charlie ; l’évolution (logique?) des jardins de nos amis américains. Ambiance assurée.



Club d’amateurs d’images : tatouages & films musico-graphiques

Ce mercredi, dans un premier temps (avec les étudiants de L2), le Club en a appris sur le tatouage, en écho à un de leurs sujets actuels de design graphique (dessiner l’identité d’un salon de tatouage). On a rencontré des Maoris, des Japonais, des oubliés du goulag, des mauvais garçons, des phénomènes de foires, Djibril Cissé et d’autres amateurs de body art. On s’est attardés sur une sélection de tattoos contemporains, qu’ils soient très libérés des significations symboliques classiques ou bien qu’ils soient dans un véritable esprit revival. Mais quel sacré engouement depuis les années 1990! 1000 Tattoos de Tashen m’a servi de méthode Assimil, le riche site de la revue Sang Bleu en appui et les étudiants, bien sûr, qui ont porté quelques exemples à leur goût.


Le tatoueur Mitsuaki Ohwada et sa femme (Yokohama), Le Mécanicien de Fernand Léger, 1920.

Dans l’après-midi, avec les L3, c’est une brève histoire du film graphique & musical qui nous a occupée. Avant d’aborder le sujet via la déferlante de videoclips, nous avons vu quelques films d’animation (Walter Ruttmann, Len Lye, Norman McLaren). J'ai fait appel à un comité de soutien exceptionnel, une guilde des gentle(wo)man amateurs éclairés de belles formes, pour me souffler leurs vidéoclips préférés. Tout ça réuni a donné une séance très sympa!



(Un film de Len Lye déniché par Vincent Tuset-Anrès et un clip branché-branché sélectionné par Émilie Lamy)

Bonne semaine!

Club d’amateurs d’images : génériques de film et jeux typographiques

Je ne vais malheureusement pas avoir le temps de faire des résumés des séances de mon club de l’image à l’ECV d’Aix, je m’aperçois que leurs préparations représentent déjà un travail très important mais également super enrichissant — alors ça me va! Peut-être, comme une petite prolongation du cours, comme une citation, je pourrais montrer ici un ou deux documents.

Sans hésiter, si je dois choisir un générique issu de la séance «La typo fait son cinéma», ce serait l’impressionnante attaque d’Enter The Void (Gaspar Noé, 2009). Sur le très intéressant site Art of the title, vous pouvez retrouver un court entretien avec son auteur, Tom Kan. Full screen!



Dans l’autre cours, «Quand l’écriture se travaille comme une image», j’ai entre autres évoqué l’évolution du travail de la typographie dans l’affiche au XIXe siècle, en prenant comme fil rouge l’affiche de cirque. Avec les quelques documents que j’ai pu réunir je me suis aperçu d’une nette différence ; les affiches de cirque françaises sont toujours illustrées (jusqu’à devenir un des sujets des peintres-affichistes dès les années 1870) quand, en Angleterre, les imprimeurs ont rivalisé de fantaisies typographiques (avec peu ou pas d’illustrations). Peut-on lire là un signe avant-coureur d’une séparation entre l’amour des uns pour l’affiche «artistique» et l’amour des autres pour les caractères massifs et rétro? Enfin, on peut bien sûr aimer les deux!




On peut retrouver pas mal de circus bills (des affichettes? de grands tickets-programmes? les formats ne sont malheureusement pas mentionnés) dans le fond d’archives photographiques de la ville de Leeds.

La Piscine sous tous les angles et les collages de Luc Leblanc

Clichés ramenés d'un passage dans le Nord.

lire et/ou regarder la suite

fil rss | fil rss commentaires | fil atom | fil atom commentaires | créé avec dotclear