Résultats de votre recherche : feu foin.

Feu Foin, de Tarnac à Nedde pour la Fête de la Montagne limousine (temps final)



Depuis lundi soir, les premiers de notre groupe hétéroclites ont commencé à arriver à Tarnac, plateau de Millevaches. Arrivées en stop de Limoges, de Poitiers, à vélo, pannes de voiture à La Roche-sur-Yon, une Fiat Panda avec son pot d’échappement titubant, une 4L qui arrive doucement mais surement de Paris. L’ultime étape de l’aventure « Feu Foin » sera ainsi écrite par Madeleine, Mellie, Louis, Maxime, Geoffroy, Marion, Célia, Chloé, Thomas, Nicolas, Mano & Pia (& moi). Sans oublier nos complices sur place, à commencer par Archi et Antoine.
Sous un soleil galvanisant, parés de nos costumes et d’une grande banderole de procession, nous avons enfin pris la route avec notre char hier après-midi. Aujourd'hui nous ferons la deuxième moitié du parcours, jusqu’à Nedde, pour être ainsi au lancement de la 3e Fête de la Montagne Limousine.

Feu, foin, tarnac, troisième temps

Premier jour à Tarnac sous un soleil radieux, nous sommes loin de la neige d'il y a presque deux mois. Avec le printemps, la vie de la ferme s'anime et nous participons au mouvement. Les chars nous ont attendus sans dommage derrière la menuiserie. Après l'enterrement d'un mulot trouvé mort dans la structure, nous commençons à peindre cette dernière quand d'autres commencent à coudre l'esquisse d'un costume. première soirée tranquille.

lire et/ou regarder la suite

Feu-Foin, troisième semaine à l'horizon

Notre regard se porte vers le plateau, heureux de bientôt retrouver là-bas les couleurs du printemps, les odeurs de la terre et le bruit des hommes. En compagnie des étudiants de l'école d'art de Limoges qui voudront faire ce pas de côté, nous retournons à Tarnac, déjà changé par notre dernier séjour. Ce sera pour continuer notre structure, peindre et se trouver, ou se retrouver. Ce sera avec le goût des choses simples, quand il se murmure une multitude de possibles, des archipels d'espérance. vivement dimanche.

Feu Foin, deuxième semaine

Notre aventure limousine continuait du 27 février au 3 mars. Après une première semaine en novembre dernier dans les murs de l'école d'art de Limoges, la deuxième semaine de ce qu’on appelle pour l'instant FEU FOIN s’est déroulée sur le plateau de Millevaches. Nous avons posé nos sacs à deux pas de Tarnac, très heureux d’être accueillis et pouvoir prendre le temps de découvrir le coin. L'odeur de la cheminée, le goût du matin frais, marcher dans la neige, rencontrer nos hôtes, une chouette et délicieuse cantine, l’organisation d’une ferme collective, et encore, et encore.
Nous nous sommes présentés, pris le temps d‘échanger et, à l'aune des apprentissages autonomes, nous nous sommes dit qu'une école d'art en 2017 aurait mille raisons de s’installer là. Celle d'un art qui s'inventerait loin du marché et de l'individualisme crétin. Un art de vivre et de faire ensemble. Une semaine de travail dans l'atelier bois et des rencontres fortes, avec les gens qui font vivre le lieu, des mises en pratique qui déplacent et questionnent notre — mon — rapport au monde et nos choix de vie. Loin du discours mais pas de la parole, nous avons vécu une semaine intense et il nous tarde déjà d'y retourner.
L’objet premier de cette semaine (ou bien seulement le prétexte?) était d’avancer dans la construction de notre machine-roulante-non-productive, sorte de char que l’on viendra finir en mai et avec lequel nous partirons en septembre.



Toujours avec Marion, Laurie et Lauriane, Léa, Madeleine, Anna, Mellie, Marion, Louis, Gaëtan.

Bon pour un tour de Marseille au Plateau de Millevaches avec escale à Toulouse



Vendredi 17 février, encore un soir où l’on finit de bosser vers minuit, et encore un peu de taf et des préparatifs devant soi, on ne mettra pas les voiles demain matin (annulation de l'étape Marseille-Montpellier à vélo). J’ai rendez-vous avec la team Feu Foin dans dix jours à Tarnac si tout roule, sur le Plateau de Millevaches sans faute. Un Plateau qui trimballe ses histoires de maquis et le bruissement d’une tribu de motivé-e-s qui font vibrer, par leurs fêtes et leur travail paysan et militant, un bout de monde à la terre ingrate. Pour ma première venue sur le Plateau je ne peux qu’arriver à vélo. Et sur la route, j’ai pris rendez-vous à Toulouse pour donner un atelier de trois jours.

lire et/ou regarder la suite

fil rss | fil rss commentaires | fil atom | fil atom commentaires | créé avec dotclear